Manifeste contre le projet de tunnel sous le Vignemale

Publié le 11 juillet 2005, mise à jour le 11 décembre 2007

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Le choix de passer vos vacances dans les Pyrénées n’est peut-être pas le fruit du hasard, tellement elles sont attachantes. Vous êtes nombreux à revenir chaque année.

Les sept vallées du Lavedan sont les plus fréquentées de la chaîne des Pyrénées. Votre intérêt pour nos sites valléens ne se dément pas.

Et pourtant, cet enthousiasme partagé ne doit pas cacher une très grande menace qui pèse sur l’ avenir de nos vallées. Un projet de tunnel sous le Vignemale vient contrarier la sérénité d’une très grande majorité de valléens. C’est pour ce motif qu ’ ActivalACTIVALAssociation contre le Tunnel Inutile dans les Vallées d’Ailleurs et du Lavedan se mobilise.

Qu’est-ce qu’ActivalACTIVALAssociation contre le Tunnel Inutile dans les Vallées d’Ailleurs et du Lavedan ? « Association Contre le Tunnel Inutile dans les Vallées d ’ Ailleurs et du Lavedan » , ACTIVALACTIVALAssociation contre le Tunnel Inutile dans les Vallées d’Ailleurs et du Lavedan est une association loi 1901 , créée en octobre 2002. Sa mission est la défense des vallées d’ Argelès-Gazost et du Haut-Lavedan , contre le projet de ferroutage sous le Vignemale

Pourquoi un nouveau tunnel ? Ce tunnel de 42 km relierait Biescas (Espagne) à Pierrefitte-Nestalas. Ce projet est appelé communément TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées ,Traversée Centrale des Pyrénées. Ce tunnel serait le tronçon transfrontalier d ’ un axe transeuropéen et intercontinental , de transport ferroviaire de marchandises.

Pour justifier ce nouveau percement , on évoque souvent la croissance du trafic terrestre entre l ’ Espagne et la France ( assuré actuellement à 95 % par camions aux deux extrémités de la chaîne , tandis que le transport maritime assure 42 % du trafic global ) . Mais si l ’ on approfondit la question , on s ’ aperçoit vite que l ’ objectif poursuivi est tout autre : pour reporter le trafic routier sur le fer , des solutions alternatives existent déjà. C ’ est une explosion des échanges entre les continents qui est recherchée , et non un allègement du trafic routier sur les littoraux.

Qui veut la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées ? Le lobbying exercé par les présidents des régions Midi-Pyrénées et Aragon est intense. Le gouvernement espagnol défend aussi avec acharnement une traversée des Pyrénées sous le Vignemale. Ensemble, ils souhaitent que le projet européen d ’ un axe de fret ferroviaire « Sinès / Algésiras - Madrid - Paris » ( RTERTERéseaux Trans-Européens (de transports)-T , projet n° 16 ) s ’ implante au centre de la chaîne. Ce lobbying bénéficie d ’ un relais médiatique trop souvent complaisant.

Bref historique du projet :

- Le 13 juin 2003,des parlementaires hauts pyrénéens déposent une proposition de loi pour réclamer une étude sur le tracé Biescas - Pierrefitte , à l ’ insu des élus et de la population concernés.

- En avril 2004 , le Parlement Européen valide le projet d ’ axe de fret ferroviaire Sinès / Algésiras - Madrid - Paris , proposé par la Commission Européenne , et déclaré d ’ interêt européen.... Mais refuse le terme « central » initialement proposé pour la « Nouvelle traversée ferroviaire transpyrénéenne » .

- Le 7 / 12 / 2004 , au sommet franco - espagnol de Saragosse , le Président Chirac exprime sa volonté de relancer la « traversée centrale des Pyrénées » . cette évolution montre l ’ efficacité du lobby régional et espagnol pro - TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées .

- le 10 / 12 / 2004 , le conseil Général des Hautes pyrénées présente un rapport sur la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées. Ce rapport dénonce les arguments pro - TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées fallacieux : aucune gare multimodale n ’ est à espérer à Tarbes , aucun trafic voyageurs ne doit être attendu. Les effets de telles infrastructures sur les sources sont imprévisibles... Grand nombre de nos arguments ont ainsi été confirmés au bout d ’ une enquête de six mois.

Plus que jamais , nous refusons

- Les nuisances visuelles et sonores engendrées par les trains de camions. Les dix mille valléens et les vacanciers ne pourront supporter le passage en continu de tous ces trains, et le volume sonore amplifié par la forme de la vallée elle-même, l’une des plus belles vallées d’ Europe. .

- La menace qui pèse sur les sources thermales implantées dans le massif du Vignemale : percé d ‘ un tunnel de basse altitude et de descenderies perpendiculaires , le massif risque de perdre sa vocation de château d ‘ eau thermal pour Cauterets , Barèges et Luz - Saint Sauveur.

- Les préjudices moraux, physiques et financiers localement. Les emplois liés au tourisme, au thermalisme, au commerce et à l’agriculture seront touchés.

- La destruction d’ espaces naturels préservés. La vallée est dans la zone périphérique du Parc National , et le gave de Pau est classé Natura 2000. Au - delà des Hautes - Pyrénées , ce sont le Gers , le Lot et Garonne , la Dordogne .... qui sont exposés.

- L’escroquerie écologique qui consiste à présenter la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées comme un projet écologique : la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées vise à accroître le nombre de marchandises échangées et non à reporter le trafic routier existant sur le rail.

- Un projet économique conçu pour injecter des milliers de tonnes de marchandises en provenance de l ‘ Asie orientale , via Singapour et le port de Sinès ; et en provenance du continent africain via Algésiras. La TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées encourage les productions délocalisées , dans des pays où l ‘ exploitation de la misère est permise.

Pour le transport transpyrénéen de fret , il faut imposer d ‘ autres solutions , qui respectent la dimension humaine et l ‘ environnement. Elles existent ! La construction des lignes TGV aux 2 extrémités des Pyrénées ( près de Barcelone et de Bilbao ) ; les lignes ferroviaires existantes ; libérées par ces lignes nouvelles ; la réouverture de la ligne Saragosse-Canfranc-Pau ; seraient capables d ‘ absorber près de 40 millions de tonnes de marchandises.

De plus , les lignes littorales permettent des connexions avec les « autoroutes de la mer », moins coûteuses , qui consomment moins d ‘ énergie , portées par tous les grands ports français et espagnols des façades atlantique et méditerranéenne , avec le soutien de l ‘ Europe.

Ex : la ligne Saint - Nazaire - Vigo pour le compte de Peugeot - Citroën , depuis 1977 ; le projet Nantes Saint Nazaire - Bilbao , prévoyant à terme de transporter 350 000 camions / an , va démarrer en 2006 avec un an d ‘ avance.

L ‘ utilité de ce projet horriblement coûteux n ‘ est toujours pas prouvée , ici comme ailleurs , n ‘ importe où dans les Pyrénées ! Notre devoir est d ‘ alerter habitants , touristes et riverains des départements du grand Sud Ouest dont les espaces naturels risquent d ‘ être inutilement détruits. C ‘ est le rôle des nombreuses banderoles qui ont fleuri dans les vallées.

Les maires du canton d ‘ Argelès - Gazost ont pris clairement position et , avec le Comité des Opposants , refusent catégoriquement la réalisation de la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées. Une autre association , No Pasaran , localisée à Lourdes , se mobilise pour la même cause. A l ‘ instar d ‘ une très grande majorité de valléens , refusez vous aussi la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées. Soutenez - nous !

Vous pouvez nous aidez dans notre combat si vous l ‘ estimez juste , en adhérant , en signant notre pétition contre la TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées , et par votre présence lors des manifestations à venir....

Se résigner , c ‘ est signer l ‘ arrêt de mort de nos vallées.


calle
calle
calle