FERROUTAGE PERPIGNAN - LUXEMBOURG

AUTOROUTE FERROVIAIRE PERPIGNAN - LUXEMBOURG

L’autoroute ferroviaire démarre sur un sentier
Publié le 15 décembre 2005, mise à jour le 4 juin 2007

Article La Dépêche du 15/12/2005

L’« autoroute ferroviaire » démarre sur un sentier

Chaque jour, 20.000 camions franchissent la frontière franco-espagnole au Perthus. Ce chiffre avoisine les 30.000 à Biriatou... Voilà qui donne un véritable mur ambulant de poids-lourds squattant la file de droite de nos autoroutes... Aussi, l’annonce d’un plan de ferroutage par le ministre des transports Dominique Perben, entre Perpignan et le Luxembourg ressemble, à priori, à une bonne nouvelle. Le projet promet, avant la fin 2007, un train de 20 wagons, pouvant embarquer un total de 40 camions qui circulera chaque jour entre 18h00 et 06h00 du matin. Le tarif 900 euros, équivaudra au coût de la distance par la route. « Bonne nouvelle, estime Alain Ciekanski, des Amis de la Terre, nous préconisons le ferroutage pour la traversée Nord - Sud. La flambée du pétrole accélère les choses. Il faudra développer le ferroutage sur les axes transversaux. Mais cela reste timide : il faut continuer le combat ! » SOUTIEN AUX CHARGEURS Alors, la bonne solution ? ? « Oui, reconnaît Jean Bonet-Monsonis, du comité régional CGT et membre du Conseil Economique et Social Régional, mais cela devra passer par une vraie réorganisation du fret et actuellement, en France, on ne prend pas les bonnes décisions. Au lieu de soutenir les « tracteurs », l’Etat a fait le choix d’aider les « chargeurs », c’est à dire les entreprises de transports. Dans d’autres pays, le ferroutage se fait en soutenant le rail. Il faut savoir si nous voulons toujours nous conformer au protocole de Kyoto ! Et il faut des mesures pour que les coûts soient supportés par les chargeurs... » Et que dit-on du côté des « chargeurs » précisément ? ? « Nous nous sommes fortement impliqués dans ce dossier et dans celui, à plus long terme, d’un ferroutage à partir d’Hendaye, explique Franck Puharré, du syndicat national Transport et Logistique de France (TLF). Nous ne voulons pas opposer rail et route et nous sommes favorables au combiné ferroviaire, mais pas avec le chemin de fer tel qu’il est géré aujourd’hui en France ». Que reproche TLF à la SNCF ? « Depuis le début de l’année, dix jours de grève, des opérations annulées ou modifiées au dernier moment...Aujourd’hui, l’arrivée de nouveaux opérateurs est indispensable. » Pour Jean Bertin, de l’Observatoire Régional des Transports, le débat n’a pas lieu d’être : « Pour nous, le ferroutage c’est d’abord la TRAVERSEE CENTRALE DES PYRENEES (TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées). Il me semble que l’Etat a réitéré ses engagements au récent sommet de Barcelone. Cette annonce de ferroutage depuis Perpignan ou Hendaye laisse à penser que Basques et Catalans ont des lobbies plus puissants... » Alors, timide avancée dans le bon sens ou effet d’annonce pour masquer la complexité d’un dossier qui fait peur ? C’est le sentiment de Jérôme Bessière, délégué interrégional de la Fédération Nationale des Transporteurs Routiers (FNTR).

Dominique DELPIROUX

Les paroles de Mr Jean Bertin, prouvent à tous ceux qui pouvaient penser le contraire, que la T.C.P. est la priorité des élus régionaux et qu’il n’en sera pas autrement ! La période 2006 - 2008 verra des prises de décisions importantes quant aux choix de tracés (y aura-t-il vraiment un choix à la vue de cette déclaration ? on peut se poser la question !). A nous de rester trés vigilants et de ne pas passer à côté du combat !


calle
calle
calle