Actualité du projet prioritaire n° 16 - novembre 2005

Commission Européenne , novembre 2005
Publié le 3 décembre 2005, mise à jour le 2 février 2008

Une publication de la direction générale de l ’ énergie et des transports de la Commission Européenne présente chacun des axes et projets prioritaires du réseau transeuropéen des transports...

Ci -dessous l ’ extrait qui concerne le projet prioritaire n° 16 .

Axe ferroviaire de fret Sines/Algeciras-­Madrid-­Paris

Une ligne à grande capacité, incluant une nouvelle traversée transpyrénéenne et reliant les terminaux conteneurs de Sines et d’Algeciras aux réseaux ferroviaires espagnol et français, augmentera sensiblement la part du rail dans le transport international de fret sur cet axe très fréquenté et améliorera les connexions entre l’Europe méridionale et l’Europe septentrionale.

En quoi consiste l’axe ? Ce projet vise à établir un axe ferroviaire à haute capacité pour le fret, reliant les ports d’Algeciras, en Espagne méridionale, et de Sines, au sud-ouest du Portugal, avec le centre de l’Union européenne. Il inclut la construction d’une nouvelle liaison ferroviaire à grande capacité à travers les Pyrénées, reliant les réseaux français et espagnol. La ligne, destinée au transport de marchandises, sera dotée de voies à écartement standard européen, de manière à faciliter l’interconnexion et inclura la construction d’un tunnel d’une grande longueur. Plusieurs itinéraires sont à l’étude.La ligne de fret à double voie de Sines à Badajoz ainsi que la ligne de fret et de voyageurs à double voie d¹Algeciras à Bobadilla créeront en outre une nouvelle liaison entre le sud de la péninsule Ibérique et Madrid et Lisbonne. Celle-ci complétera les axes ferroviaires, routiers, maritimes et aériens existant dans la zone ouest de la péninsule et sera reliée aux principaux tronçons portugais et espagnols du réseau transeuropéen de transport.

Quels sont les avantages escomptés ? Les nouvelles lignes Sines­/Badajoz et Algeciras/­Bobadilla revêtent une importance cruciale pour le développement des ports de Sines et d’Algeciras. Elles stimuleront le trafic entre Lisbonne, Setúbal, Sines et Algeciras, ainsi que le centre de l’Espagne et le reste de l’Europe. Leur construction selon des normes de vitesse plus élevées, avec des traverses à double écartement, permettra d’assurer une interopérabilité totale entre les réseaux de fret portugais et espagnol et le reste du réseau ferroviaire transeuropéen. Le projet stimulera directement et indirectement la création d¹emplois dans les régions concernées. La nouvelle liaison ferroviaire à haute capacité à travers les Pyrénées permettra d’achever un axe commercial européen majeur reliant le Portugal et l’Espagne avec le reste de l’Europe. En 2001, le trafic de fret annuel de la péninsule Ibérique vers le reste de l’Europe avait atteint 200 millions de tonnes. Sur ce total,le transport par route représentait 53 % et celui par chemin de fer seulement 4 %, le reste passant par le transport maritime à courte distance. Le trafic routier augmentait à un taux impressionnant de plus de 10 % par an, 18 000 poids lourds traversant les Pyrénées quotidiennement. D’ici à 2020, le trafic global devrait plus que doubler, et le trafic routier devrait augmenter de 100 millions de tonnes, soit 17 000 camions supplémentaires traversant les Pyrénées chaque jour, pour un total annuel de plus de 6 millions de poids lourds supplémentaires par rapport à l¹heure actuelle. À moyen terme, l’achèvement de l’« axe ferroviaire à grande vitesse du sud-ouest » (voir l’axe n° 3) et l’amélioration des lignes et des terminaux existants à Hendaye et à Irún, ainsi que du transport maritime à courte distance, offriront des alternatives au transport routier de marchandises. Néanmoins, à long terme, accroître davantage la capacité du fret ferroviaire sera nécessaire. La construction de cette nouvelle ligne permettra au rail d’atteindre 30 % de parts de marché du transport terrestre dans les Pyrénées ­ ce qui reste inférieur à la part de marché qu’il réalise dans les Alpes, de l’ordre de 35 à 40 %.

Où en est le projet ? Des études détaillées sont en cours concernant les liaisons ferroviaires Sines/­Badajoz et Algeciras/Bobadilla, le début des travaux étant prévu pour 2006. Pour la liaison transpyrénéenne, des études préliminaires et des enquêtes transfrontalières détaillées ont été menées par les régions voisines (Aragón, Aquitaine, Midi-­Pyrénées), collaborant via l’organisation TCPTCPTraversée Centrale des Pyrénées (traversée centrale des Pyrénées). Les gouvernements espagnol et français ont examiné les flux de trafic au travers des Pyrénées, et la liaison ferroviaire est régulièrement évoquée lors des sommets axés sur la coopération régionale dans la région pyrénéenne. Un rapport sur les prévisions relatives au trafic sera bientôt rédigé et suivi d’un exercice de modélisation des flux de trafic potentiels. Des études visant à déterminer l’intégration des divers axes dans les réseaux existants seront en outre menées, avant l¹établissement d’une liste succincte d’itinéraires, dont l’impact environnemental fera ensuite l’objet d’une évaluation individuelle.


calle
calle
calle