Nicolas Sarkozy en faveur d’une nouvelle traversée sous les Pyrénées

Le Moniteur - 1er juin 2007
Publié le 4 juin 2007

A l’issue de leur entretien à Madrid hier jeudi 31 mai, Nicolas Sarkozy et José Luis Zapatero, chef du gouvernement espagnol, ont affirmé leur volonté de trouver une solution de connexion ferroviaire par les Pyrénées centrales. Cette traversée, qui revient régulièrement sur le devant de la scène, est très controversée. Au point que l’Union européenne avait décidé en juin 2002 de ne pas l’inclure dans ses projets prioritaires. En juillet 2003, Gilles de Robien, alors ministre des transports, avait indiqué vouloir se concentrer sur la réalisation de la liaison Perpignan Figueras dont les travaux sont aujourd’hui en cours. Mais la situation actuelle du fret, à la limite de la rupture, oblige à rouvrir le dossier. « Une connexion ferroviaire par les Pyrénées centrales permettra le transport du fret et soulagera des pressions qui existent à l’heure actuelle. C’est un projet indispensable pour l’Espagne » a indiqué le chef du gouvernement espagnol. Message reçu côté français, le président Sarkozy se livrant à un véritable plaidoyer en faveur du ferroutage et des autoroutes de la mer. « L’Espagne connaît une croissance forte depuis de nombreuses années. Tant mieux, profitons-en. Ce n’est pas la peine de dire que la France a dans ses atouts une situation géographique centrale pour considérer que les Pyrénées doivent rester une barrière infranchissable. » Les deux hommes ont donc promis de faire de la traversée centrale des Pyrénées un des sujets majeurs du prochain sommet franco-espagnol en France, à l’automne prochain.

Julien Beideler


calle
calle
calle